« Valoriser et fédérer toutes les forces vives d’un territoire » autour d’un tiers-lieu au Kremlin-Bicêtre

17 avril 2020

Par Léa Dandois. 

Au mois de juin, la ville du Kremlin Bicêtre devrait voir s’établir un nouveau lieu de partage et de rencontre pour les habitants de cette commune d’Ile-de-France, et au-delà. Un tiers lieu multiculturel imaginé par Morgane Richard. Cette initiative sonne comme un retour aux sources pour la jeune femme après un parcours à l’international. 

« Là j’imaginerais bien un graff. Et là quelques transats, de la pelouse synthétique peut-être.», Morgane Richard s’active autour du local, au sein de l’incubateur Creative Valley, qui devrait accueillir son « tiers lieu multiculturel » au mois de juin, selon l’évolution de la crise sanitaire et des mesures de confinement. L’entrepreneuse souhaite que les habitants du Kremlin-Bicêtre et des communes alentours se rencontrent dans cette « datcha ». La trentenaire explique : « C’est un mot russe, une sorte de résidence secondaire. Déjà c’est un clin d’œil au nom de ma ville avec le Kremlin. Mais surtout je veux qu’on se sente ici comme chez soi ». 

« On a tout dans le 94 » 

Ce projet sonne comme un retour aux sources pour Morgane Richard. La jeune femme a grandi dans le Val-de-Marne. Diplômée de l’Institut des Hautes Etudes de l’Amérique Latine, la porteuse du projet prend la direction de la République dominicaine. « Jeune je voulais me barrer », se souvient-elle. C’est ce qui l’a poussée à se spécialiser dans les relations internationales et la gestion de projets à l’étranger et en France. « J’avais déjà l’envie d’entreprendre », assure Morgane. Mais elle ne se reconnaît pas dans les environnements professionnels dans lesquels elle évolue et rêve d’un projet à impact concret sur son territoire : « On a tout dans le 94. Il faut juste s’unir pour faire quelque chose, investir ici pour arrêter les fausses idées ». Alors qu’elle imagine son tiers-lieu multiculturel, elle quitte son activité dans le privé. « Les réactions autour de moi ont parfois été étonnantes », ironise-t-elle, concernant le fait d’entreprendre en banlieue parisienne. Mais au Kremlin-Bicêtre, le projet parle et les habitants l’encouragent. Sa voisine, Claire Salomon, s’est d’ailleurs associée à l’initiative. Comment financer et développer un projet viable ? La jeune entrepreneuse reconnaît que « la difficulté financière est la plus grosse barrière ». Sur conseil d’une de ses connaissances, elle intègre L’Ecole du Lab à Pantin, un accompagnement qui l’aide à structurer son projet et à gérer les difficultés qu’elle rencontre. « Trouver des investissements dans le social et le solidaire, c’est plus compliqué », soupire-t-elle. 

Un lieu unique au Kremlin-Bicêtre 

La Datcha, comme elle l’imagine et le programme, sera un lieu valorisant la richesse culturelle de la ville qu’elle habite depuis trois ans sur un territoire plus large qu’elle connait bien et c’est sa force : « Plus jeune j’aurais aimé qu’on me donne une belle image du 94 », se désole-t-elle. Elle veut notamment mettre en lumières des artistes de son département et « de montrer des modèles de réussite ». Musique, conférences, humour ou même yoga. Le projet se veut diversifié, multiculturel et intergénérationnel. Elle espère y retrouver, étudiants et retraités partager un après midi cuisine, ou une soirée stand-up. « Chaque lieu est à l’image de son territoire, il se construit avec ses habitants » conclut-elle.