Sam Jlassia, l'artisan de la réussite 

17 avril 2020

Par Quentin Boulezaz

 

Boxeur, entraîneur de champions de boxe, entrepreneur, ex Sales Manager, à 29 ans, Sam Jlassia dit « El Professor » multiplie les casquettes. Ce qu’il a appris au bord du ring, il le partage aussi bien à des entrepreneurs ou des managers qu’à des jeunes. Avec Mental de Titans, la préparation mentale est au service de la performance et du mieux être face aux challenges. 

 « Dans ma vie, je n’ai jamais été le plus fort, ni le plus costaud, mais toujours le plus déterminé ». Sans langue de bois, passionné, le mot juste, ses phrases sonnent comme des devises. On devine vite pourquoi Sam Jlassia adore la boxe. Que ce soit sur les rings ou à l'entraînement, l’esprit de ce sport se reflète dans sa façon de penser, en fin stratège : « Là où tu voies un combat de boxe, je vois aussi une partie d'échecs ». Écarté des rings de boxe après une luxation du genou, le jeune homme se passionne pour la compétition en tant qu’entraîneur. Il gravit les échelons jusqu’à accompagner des boxeurs vers le titre de champion de France et de champion du monde. « Ça donne des étoiles dans les yeux, mais ce n’est pas ce qui me nourrit. Ce sont des belles réalisations mais ça ne fait pas ma fierté », assure-t-il. « J'ai une satisfaction bien plus grande quand j’accompagne un boxeur qui a peu confiance en lui, et qu’un an plus tard, sur le ring, il lève le bras et met des K.O. ».  A en voir son sourire, sa plus belle récompense n'est pas un trophée, mais le compliment d'un boxeur après une compétition : « Sam, t'es un artisan de la réussite ». Au point d'en faire un credo dans ses activités professionnelles. 

De l’entraînement à l’entrepreneuriat 

A 29 ans, « l'homme de l'ombre » pousse les clients de la startup qu’il a créé « Mental de Titans » à donner le meilleur. Avec ce projet, il s'adresse aux entrepreneurs, aux cadres ou toute personne cherchant à améliorer ses résultats dans sa vie professionnelle ou personnelle.  Pour le natif de Pantin, boxe ou négociation, c’est le même combat. Surtout au niveau mental. Partager et échanger pour trouver la voie et la manière d’atteindre ses objectifs. Ni conseiller financier, ni motivateur, Sam se concentre sur l'écoute, la stratégie et l'amélioration de l'état d'esprit de ses clients quelque soit le milieu. Le monde des affaires lui est familier. Sam a commencé sa carrière comme ingénieur commercial dans l'industrie automobile. « J'ai très vite gravi les échelons […], j'ai signé des gros contrats, à plusieurs millions d'euros. C'est une somme inimaginable pour beaucoup pourtant c’était mon quotidien ! ». Mais il sent qu’il ne s’épanouit pas. « Selon certains standards, j'étais en train de réussir. La vérité, c'est que j’ai vite compris que je n’étais pas à ma place », assène-t-il, comme une évidence. Après quelques années passées dans des directions commerciales, il quitte le milieu des affaires et choisit d'accompagner les personnes souhaitant exploiter leur potentiel dans différentes sphères.

Accompagnement vers la confiance en soi et la réussite

Son premier challenge commence là où il s'est remis en question pour la première fois : au lycée, à Pantin. Quitte à transmettre sa méthode de préparation mentale hors des salles de boxe, autant donner ses clés de réussite aux plus jeunes. « J'étais dans le style fouteur de merde, personne n’aurait parié une pièce sur ma réussite, » lâche-t-il le sourire aux lèvres, parlant de ses années adolescentes. L’entrepreneur donne aux lycéens l’envie de partager un état d’esprit positif, et il les accompagne vers les examens ou les challenges qui sont les leurs à leurs âges. 

En parallèle de Mental de Titans, Sam propose aussi des cours de boxe pour les femmes victimes de violences, et reste président de l’association #OVTN qu’il a fondé. « Des gens sont rassasiés très vite, et d'autres comme moi ont la dalle. […] A partir du moment où tu t'assieds, c'est fini pour toi. » Cela explique ses nuits courtes, et son implication sans faille dans divers projets. Toujours avec la même humilité : « Je n'ai pas la prétention de dire que je suis un modèle de réussite. Si quelqu'un peut être inspiré par mon parcours, c’est un honneur pour moi ! »